la poule s'invite au cinéma

la poule s'invite au cinéma histoire vraie

 

Voici une histoire cocasse qui nous arriva il y a peu de temps. Nous avons trois poules en liberté totale dans notre jardin : Ginette, Paulette et Lucette. Elles sont bien élevées, unies comme trois sœurs, et dorment côte à côte à leurs places respectives sans jamais se tromper. Lorsque ma femme et moi sortons dans le jardin, elles nous suivent de très près, à tel point qu’il suffit de se baisser pour qu’elles s’accroupissent et se laissent caresser le plumage ! Nous les trouvons adorables, même si nous savons qu’il ne s’agit que d’une reconnaissance du ventre.

Mais voilà qu’un jour, Ginette tombe malade et se retrouve rejetée et attaquée par ses copines. Elle s’isole, toujours prostrée derrière un buisson, avec la crête qui blanchit. Nous la soignons et l’installons dans un carton au milieu de notre salon, jusqu’au moment où elle s’envole sur le téléphone et le fait valser. Je me décide alors à construire à la hâte un petit chalet de plein pied ( poulailler) que je place dehors dans un jardinet fermé (destiné à l’origine à Bibi, notre chien). Puis, le rétablissement terminé, on décide un après-midi de remettre Ginette avec ses copines. Toutes les trois se promènent ensemble, à notre grand ravissement, même si Ginette reste encore à une distance bien évaluée des autres.

Mais vers 17 heures, juste avant le coucher (car nous sommes en hiver), nous entendons les bruits d’une bagarre dans leur gites de style chalet (poulaillier). Sur place, je trouve des plumes arrachées et je m’aperçois qu’une poule manque à l’appel (Paulette), car il n’en reste que deux. Il s’agit sans doute d’un prédateur, une buse ou un renard. Pourtant, cela ne correspond pas, car le renard les aurait toutes tuées, et la buse aurait laissé un important paquet de plumes sur place.

Néanmoins nous avons décidé d’aller au cinéma ce soir au Thillot. Nous nous mettons donc en chemin pour 600 à 700 mètres de route, que nous effectuons en voiture à 50 km/h. Arrivés sur le parking, nous nous garons en freinant peut-être un peu brutalement, lorsque soudain nous entendons un bruit de chute assez sourd. Je regarde sur les sièges arrière et dans le coffre, mais ne remarque rien d’anormal. Ma femme me dit : « J’ai entendu un bruit de poule », mais je trouve cela insensé et lui réponds : « Tu rêves ! ». Je ferme la voiture, nous partons à pied, mais il me reste un doute et je me retourne. Stupeur ! Sur le toit de notre auto, je vois… une poule couchée à plat ventre, la tête vers l’arrière ! C’est Paulette. Nous restons ébahis et pantois. Elle n’a pas eu peur et a traversé la ville le derrière au vent, sans bouger, jusqu’au freinage où elle a capoté sur le toit en se remettant immédiatement à plat ventre. Quelle aventure ! Ma femme part donc seule pour chercher les billets de cinéma, en expliquant au guichet : « Mon mari arrive, il raccompagne une poule qui nous a suivis jusqu’ici sur le toit de la voiture ». On ne dira rien de la réponse qui nous est donnée, mais vous pouvez imaginer la tête du patron !

De retour à la maison, nous réfléchissons pour savoir ce qui s’est passé. Nous supposons qu’il y a eu une bagarre au poulailler après le retour de Ginette le même soir et cette dernière, bien ragaillardie, a pris sa revanche en redevenant chef de tribu. La pauvre Paulette, qui a pris une plumée bien méritée de la part de son amie, s’est réfugiée sur le toit de la voiture et s’est retrouvée piégée au moment où nous sommes partis sans nous apercevoir de rien. Mais comme c’était un bon film, ma femme et moi préférons nous dire que Paulette avait tout simplement envie d’en profiter elle aussi !

 

 

Les autres actualités

vue pano vosges sud et promo chalet
exposition photos
la poule s'invite au cinéma
cigognes de retour au thillot
les voyages de BIBI
petite finlande vosgiene
entrainement aux milles étangs
Les Alpes depuis le Ballon d'Alsace
musée des racines de Cornimont
Monocycle aux locations chaletsrandovosges
Visiter terrae génésis à saint amé :la geoarchéologie le 14 mai 2017